Détails sur méthode
Forme ou mouvement ?
Diverses lettres
Questions de niveau
Latéralité et tenue
Détails sur méthode
PRINCIPES GENERAUX
Précisions sur p. 6
LIENS
Q. Vous privilégiez le sens, vous demandez de travailler le mouvement et l'espace. Vous dites que si l'enfant fait une petite boucle sur les b, r, s alors que le modèle n'en fait pas cela n' pas d'importance. Voulez-vous dire par là qu'il ne faut plus faire les leçons d'écriture traditionnelles ?
Réponse : Cela veut dire qu'il ne faut pas que les leçons d'écriture soient du "dessin de lettres". Rien n'empêche que l'enfant fasse une demi-ligne de la lettre étudiée pour bien percevoir la différence avec les lettres déjà apprises, au contraire. Mais il ne s'agit pas de lui faire faire deux lignes de t ou de u etc. Une fois la lettre connue et tracée il faut la mmettre en situation : en situation entre deux autres lettres, puis en situaiton dans des mots dont le sens aura été travaillé au préalable. De même pour les phrases, il faut toujours les contextualiser : le contexte dépend de la phrase, de votre imagination en général et de votre inspiration du moment.
L'enfant doit sentir que l'écriture est reliée à la vie et non cantonnée à un simple exercice scolaire.

* * * *

Q • Est il possible de proposer une progression individualisée, afin de coller au rythme de chaque élève ? (comment, alors, proposer des activités collectives au "bon moment" ?) .

REPONSE
oui, cette méthode le permet sans difficulté. Les cahiers sont un bon guide pour cela. Un exemple complet est donné dans la nouvelle édition du livre.
Attention, il faut éviter d'utiliser les cahiers comme des cahiers d'essai. Les consignes "activités préparatoires" des cahiers 1 et 2 guident sur la préparation qui permet d'aboutir au travail proposé. Auparavant le même type de travail doit être fait sur un autre thème avant d'utiliser la page de cahier. Chaque type de travail est proposé sur trois pages qui se suivent. On essaie donc une fois lorsqu'on pense que l'enfant est prêt. Si c'est bon il peut continuer directement sur le cahier les jours suivants (= faire la 2ème page de la rubrique, idem pour la 3ème), si ce n'est pas bon il retourne aux activités préparatoires. De cette façon on suit la progression de l'enfant. Si les 1ères pages de chaque groupe de 3 sont plus ou moins réussies, les 3èmes devraient être bien réussies. La réédition de 2006 précise comment utiliser les cahiers.
* * *
Q : Je viens de découvrir votre méthode, que j'ai commandée immédiatement tant je suis enthousiasmée, et j'espère y trouver une solution à mes futurs "problèmes" !
- 4/5 élèves restent totalement non "scripteurs" et refusent dessins, coloriage, commencent à peine à écrire quelques lettres de leur prénom en lettres capitales, et dans le désordre ... (…) . Pensez vous que votre méthode pourra leur permettre d'entrer dans l'apprentissage de l'écriture en une année scolaire ?
- je pense proposer votre méthode à mes collègues .comment la répartiriez vous depuis les TPS (ou PS) ?
- que puis je conseiller aux parents de ces enfants ?

REPONSE : Oui, je pense que cette méthode pourra leur permettre d'entrer dans l'apprentissage de l'écriture en une année scolaire.

La méthode peut se mettre en place à tout moment jusqu’à la GS. Toutefois, il est préférable de commencer dès l’entrée en maternelle pour éviter l’installation de mauvaises habitudes. Je propose la répartition suivante depuis les TPS :
TPS : jeu de croquet - latéralisation – rythme des « Comptines pour apprendre à écrire » en tapant dans les mains – « sonnette » -ombre chinoise. Début de gestion statique de l’espace graphique en faisant aligner des petits cubes, des voitures …
PS : jeux de foulard et de rubans (ne pas oublier de verbaliser le rappel mnésique du jeu de croquet) - suite des activités décrite dans le livret des « Comptines pour apprendre à écrire » - gestion statique de l’espace graphique sous toutes ses formes – cahier 1, mener les deux côtés de front.(cf. http://www.daniele-dumont.com )
MS : rappel des acquis précédents – cahier 2. Ne pas oublier de refaire de temps en temps « la course aux zigzags » si nécessaire. (cf. p.23 et 24 du cahier 2)
GS : cahier 3.
Je pense qu’on gagne beaucoup à ce que le travail de préparation à l’écriture soit fait régulièrement quelle que soit la classe. C'est-à-dire, à mon avis au moins deux fois par semaine. L’interdisciplinarité permet que l’enfant n’ait pas le sentiment de « ne faire que se préparer à écrire ».
Pour ce qui est des parents. Demandez-leur surtout de ne pas faire écrire les enfants tant que vous ne leur aurez pas dit qu’ils peuvent le faire : vous êtes là pour ça et ils doivent vous faire confiance sinon il pourrait y avoir des interférences malvenues. L’enfant doit avoir plaisir à écrire et le faire correctement dès le départ. (Je crois qu’ils peuvent entendre ce discours). Ce qu’ils peuvent faire pour participer est de faire aligner régulièrement des objets de même dimension : images pour commencer car le bord inférieur rectiligne guide l’œil pour une bonne horizontalité, ensuite jouets, petits cailloux, pâtes alimentaires, bonbons etc. en veillant à l’horizontalité (et à la verticalité s’il y a lieu). Lorsque les espaces seront réguliers ils pourront leur demander d’aligner et grouper les objets comme le titre d’une livre qu’ils aiment ou une phrase d’un livre. Faire écrire les enfants (ne serait qu’en majuscules typographiques) avant que cette étape soit réussie risque d’installer de mauvaises habitudes.
Les parents peuvent aussi leur faire rythmer de la musique en tapant dans les mains.
Surtout, que les parents n’interfèrent pas dans l’écriture elle-même tant que vous n’en serez pas à la fin du cahier 2. Anticiper pourrait être préjudiciable. A ce moment-là ils pourront les faire écrire s’ils le souhaitent mais uniquement des mots qui comportent des lettres déjà apprises. Ils peuvent se guider avec les cahiers 2 et 3 de maternelle et le cahier 1 de CP.

*
* * * *

Q. J'aimerais commencer les ronds avec mes PS en profitant de Noël. Est-ce raisonnable ou doivent-ils tous tenir correctement le feutre et avoir fait d'abord le travail de l'alignement, l'horizontalité?

REPONSE :
A mon avis, c'est trop tôt pour le rond en tant que préparation à l’écriture même s’ils savent tenir leur crayon car ils n'ont pas encore acquis le sens de rotation. Ils doivent avoir fait au préalable les boucles puis les coupes (après en avoir étudié le point d'attaque et le sens de rotation – cf. explications dans le livre).

Ils peuvent en revanche, à titre d’exercice de position des doigts, de la main (dans l’axe de l’avant bras lorsque celui-ci est correctement placé c'est-à-dire bras pas trop écartés) et du poignet (bien en contact avec la table) faire des boules de Noël sous forme de petits « gribouillis » ronds en couleur. Comme il ne s’agit pas de « ronds » proprement dits, le point d’attaque et le sens de rotation n’ont pas d’importance.

Pour ce qui est de la gestion de l’espace, faites leur coller des images ou des gommettes carrées : tout en étant carrées les images peuvent représenter des boules. Vous pouvez aussi faire coller des guirlandes d’éléments rectangulaires ou triangulaires. L'alignement des ronds est trop difficile.

Toujours pour la gestion de l’espace, vous pouvez inventer des "frises" à coller. Par exemple : le sac du père Noël s'est ouvert : il perd ses jouets en route ; à gauche le traîneau du Père Noël qui va vers la gauche, ensuite en allant vers la droite les jouets qui sont tombés le long de la route. Les enfants aligneront donc les jouets côte à côte après avoir collé le Père Noël sur son traîneau. Les plus avancés pourront coller aussi le père Noël qui rejoint son traîneau sur le modèle des pages 15 à 17 du cahier 1.

danieledumont
Site créé le 06/03/04